Publication d’emplois

L’Unimog U1300L remportait le Paris Dakar en 1985

unimog-dakar-1985

À ce jour, le rallye Paris-Dakar est considéré comme l’un des rallyes les plus célèbres au monde pour les motos, les voitures et les camions. En 1985, c’est un Unimog 1300 L spécialement aménagé qui a réussi à s’imposer dans le désert.

L’Unimog grand vainqueur du Dakar dans sa catégorie en 1985

camion-vainqueur-dakar-1985

Source Unimog.be

En juin 1985, deux véhicules Unimog se sont frayés un chemin à travers le sable et les éboulis du désert du Sahara, parmi les camions. L’équipage était dirigé par Karl-Friedrich Capito de Neunkirchen près de Siegen, avec ses fils Jost et Volker Capito. Le jour de l’an 1985, ils sont partis à bord de deux véhicules Unimog 1300 L. Le premier véhicule était occupé par le père, Karl-Friedrich Capito, avec son fils aîné Jost. L’Unimog numéro deux était conduit par Karl Wilhelm Ströhmann ainsi que par le copilote Volker Capito.

Au terme d’une course de plus de 9.000 kilomètres à travers les déserts et villages africains, l’Unimog 1300L a gagné haut la main la catégorie camion. Il a terminé devant Jan De rooy sur son Daf qui gagnera l’épreuve deux ans plus tard.

C’est la seconde victoire de l’Unimog dans le Dakar. En effet en 1982, l’équipe française de Georges Groine/Thierry de Saulieu/Bernard Malfériol a remporté le classement des camions du Rallye dans un Unimog U 1700 L. Un U 1300 L piloté par Pierre Laleu et Bernard Langlois est arrivé en deuxième position.

Abandon lors du Dakar 194 : apprendre des erreurs

Les Capitos, avec leur U 1300 L, avaient déjà participé l’année précédente, mais ils ont manqué l’arrivée à Dakar à cause d’un petit défaut. Peu avant d’atteindre la destination exotique de l’étape, Ouagadougou, une bague d’étanchéité de l’arbre radial du boîtier de direction s’est cassée. C’était la fin de leur aventure : l’huile de transmission avait également fui et la direction assistée était perdue. Les Capitos avaient une grande pile de pièces de rechange avec eux, mais n’avaient pas pensé à inclure un simple joint d’étanchéité.

Un an plus tard, en 1985, l’équipe voulait être en sécurité. L’U 1300 L a été entièrement « révisé », comme on l’appelait alors, dans l’usine de Gaggenau. Un deuxième Unimog a également été entièrement reconstruit, avec l’aide de l’usine Daimler-Benz.

Ces Unimog de course n’avaient plus grand chose en commun avec le véhicule standard : les spécialistes du moteur ont pu obtenir 180 ch (132 kW) du moteur turbodiesel six cylindres de 5,6 litres, tandis que la cabine a été renforcée et équipée d’un arceau de sécurité. Les camions ont également été équipés d’un tuyau d’admission d’air ainsi que de six phares Hella supplémentaires d’une puissance totale de 750 W pour les étapes de nuit.

Des adaptations ont également été apportées au plancher de l’Unimog : des projecteurs de travail sous le véhicule ont fourni un éclairage suffisant en cas de besoin. Pour augmenter l’autonomie, deux réservoirs de carburant supplémentaires de 160 litres chacun ont été installés, portant le volume total du réservoir à 540 litres. Le réservoir d’eau potable contenait 80 litres, et la masse brute autorisée était de 7,49 tonnes.

À l’intérieur de l’Unimog, deux compas ont été installés pour une meilleure orientation – les appareils de navigation tels que nous les connaissons aujourd’hui n’existaient pas en 1985. Trois sièges baquets Recaro avec des ceintures harnais assuraient une bonne rétention des occupants du véhicule. La raison pour laquelle il y avait trois sièges baquets était qu’un mécanicien de chantier était également présent avec le pilote et le copilote dans chacun des camions de l’Unimog.

L’Unimog un véhicule spécial

L’Unimog avait une vitesse maximale de 120 km/h et, par conséquent, sur les sections les plus rapides du rallye, il n’a pas pu suivre les camions des concurrents qui avaient des moteurs plus gros et plus puissants. Cependant, son heure viendrait sur la dernière partie du parcours. Les passages étroits au sud du Sahara comportent beaucoup de pierres et de profonds ravins, ce qui les rend idéaux pour l’Unimog, léger et agile.

C’est au cours de cette dernière étape de la course que les points forts du concept de l’Unimog sont apparus :

  • le rapport favorable entre la masse suspendue et la masse non suspendue,
  • les essieux à tubes pendulaires avec ressorts de traction ainsi que le faible poids propre du véhicule

ont permis de rouler à grande vitesse sur des terrains très accidentés, des éboulis et des rochers, sans perdre le contact avec le sol. Dans la jungle, la conception basse de l’Unimog s’est avérée être un avantage crucial. Alors que les camions plus hauts avaient des problèmes pour traverser la jungle, et devaient parfois même s’arrêter et couper les branches qui les gênaient, l’Unimog compact a pu passer cette étape relativement rapidement.

Des conditions parfaites, donc, pour atteindre rapidement la plage tant attendue de Dakar et rentrer à Neunkirchen près de Siegen en tant qu’équipe gagnante. Cette fois, aucun autre coureur du rallye Paris-Dakar n’a pu arrêter l’Unimog 1300 L. Après que le véhicule vainqueur ait été détruit en 1985 dans un accident à Gaggenau, une réplique fidèle à l’original a été créée en 2011 pour commémorer le 60e anniversaire de l’Unimog Mercedes-Benz. Un Unimog des forces armées, également équipé du moteur turbo six cylindres, a été utilisé pour cette réplique. Le véhicule a été acheté en deuxième main, puis reconstruit à l’identique par la Gesellschaft für Geländewagen de Gotha pour le compte de Sand Medien.

unimog-dakar-1985

Visite à l’usine Unimog 30 ans plus tard

Voici ce que Capito a déclaré 30 ans plus tard :

A l’époque comme aujourd’hui, l’Unimog est un véritable spécialiste du tout-terrain.

Puis il a raconté l’histoire de la légendaire victoire au Rallye Dakar en 1985. Avec son père Karl-Friedrich et son frère Jost, Volker Capito a participé au célèbre rallye du désert avec deux Unimogs U 1300. Même à cette époque, les véhicules ont atteint une vitesse de pointe de plus de 160 km/h avec le moteur OM 366 turbo et ont réussi à se maintenir face à la puissante concurrence des camions. Après une course épuisante, l’équipe est montée sur le podium du vainqueur. Le deuxième Unimog, qui avait commencé comme camion de service, a même fini troisième.

Crédit images : Mercedes-Benz